Météorites

Le ciel peut-il nous tomber sur la tête ?

Non, mais des cailloux oui ! Objets de fascination depuis la nuit des temps, les météorites sont de précieux témoins de l’histoire de notre Système solaire. Mais avant de partir les dénicher, il vaut mieux savoir les reconnaître !

Les météorites sont des fragments de corps rocheux extraterrestres tombés sur le sol. Elles proviennent le plus souvent de la ceinture d’astéroïdes : des cailloux qui tournent autour du soleil entre Jupiter et Mars et qui subissent fréquemment des collisions. Lorsqu’un impact violent sur un astéroïde en extrait un fragment, celui-ci erre dans l’espace – parfois pendant des millions d’années. Si son chemin croise celui de la Terre et qu’il résiste à sa chute, ce débris engendre une météorite…enfin si on la trouve puisque si l’on trouve parfois de très grosses météorites, leur taille est plus fréquemment centimétrique ! Aujourd’hui quelques dizaines de milliers de météorites ont été recensées dans le monde.

 

Tranche d’une météorite primitive

Le jeu des 2 familles

En regardant d’un peu plus près les météorites, deux familles se distinguent.

D’un côté se trouvent les météorites dites « primitives » qui regroupent la grande majorité des météorites récoltées. Elles se composent de minéraux riches en silice et de grains de fer métallique, le tout cimenté par une fine poussière rocheuse. Parfois ces minéraux prennent la forme de minuscules billes appelées « chondres », une particularité qui donne son autre nom à ces météorites : les chondrites. Si certains de leurs minéraux comme l’olivine sont courants sur Terre, d’autres y sont rares voire inconnus sur Terre. C’est le cas du fer métallique qui n’existe pratiquement pas à la surface de notre planète : le fer que l’on exploite provient de minerais composés d’autres minéraux comme l’hématite. Mais dans tous les cas, la structure de ces météorites est tellement exotique, qu’il n’y pas lieu de se tromper.

La seconde famille est celle des météorites « différenciées », elle regroupe des météorites qui ressemblent à des fragments de planètes comme la Terre. Leurs compositions sont d’ailleurs proches des différentes couches de notre sous-sol. Certaines se confondent par exemple avec du basalte, la roche volcanique sombre qui compose le plancher océanique…et que l’on peut admirer dans le Massif Central. D’autres, entièrement faites de fer métallique, s’apparentent à ce que pourrait être le noyau de la Terre, cœur métallique caché à plus 3 000 km sous nos pieds !

Tranche d’une météorite de fer avec des veines de sulfure

Pour faire une météorite différenciée, suivez la recette

Si ces deux familles sont bien différentes, elles ne sont pas pour autant éloignées, elles sont même parentes ! Pour comprendre, il faut suivre la recette de cuisine interplanétaire suivante. Prenez une météorite « primitive » et faites la fondre. Laissez décanter afin d’obtenir des couches de composition différentes. Vous obtiendrez la composition de ces météorites « différenciées ». Autrement dit, la matière des premières est, après cuisson, à l’origine des secondes, d’où le nom de « primitives » par opposition aux secondes appelées « différenciées ».

Des cadeaux tombés du ciel

Météorites « primitives » et « différenciées » sont donc complémentaires et nous apportent de précieuses informations sur l’histoire du Soleil et de son cortège planétaire. Une fois analysées, les premières nous content le récit de la naissance du Système solaire : des premiers assemblages de minéraux jusqu’à la formation des planètes, le tout en à peine 20 millions d’années. Ces météorites ont le même âge que le Soleil, soit plus de 4,5 milliards d’années, et elles ont été très peu transformées depuis. Les « différenciées » se sont formées suite à la fusion du matériau primordial, mais elles sont toutes aussi bavardes. Avec elles, on approfondit nos connaissances sur la structure interne des planètes. Ce sont des fragments provenant d’au moins une soixantaine de planètes naines et autres petits corps formés en même temps que le Système solaire. Il y en a aussi quelques unes qui proviennent de la Lune et même de Mars ! Grâce à ces cailloux extraterrestres, on a accès à des échantillons semblables aux différentes couches de la Terre : noyau, manteau, croûte. Alors plutôt que d’essayer de creuser jusqu’au centre de la Terre, attendons qu’il nous tombe sur la tête !