Forum

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

réglementation utilisation détecteur de métaux en recherches météorites

Bonjour,

Avec l'aval des responsables programmes FRIPON/VIGIE-Ciel.

Nous envisageons de tester mi mars, sur le site de la chute de CHAMBORD l'apport de l'outil technologique qu'est le détecteur de métaux.

Nous allons organiser et copier la prospection très fructueuse de collègues Suisses depuis 2015,  sur une météorite tombée il y a 150 000 ans....

( voir les sites " champ de dispersion météorite de TAWNNBERG " )

Nous invitons les possesseurs de détecteurs de métaux volontaires à nous faire connaître leur candidature.

Par ailleurs, je suis disponible pour renseigner et/ou former les personnes sur la réglementation actuelle en matière de détection de métaux, dans le but de recouvrer des météorites dans le cadre du programme VIGIE-Ciel.

L'objectif est de répertorier un potentiel puits de volontaires disponibles en la matière,  pour améliorer la réactivité du programme de recherches au sol futures.

Mais il faut rester humbles, seules les météorites de bonne conductivité ferreuse seront détectables... A défaut de ne rien recouvrer en battue de visu, testons cette technique qui a fait ses preuves.

Bonjour, je souhaiterai des renseignements sur la réglementation actuelle en matière de détection de métaux, dans le but de recouvrer des météorites dans le cadre du programme VIGIE-Ciel. Merci d'avance .daniel

 

Bonjour Dani13,

Tout d'abord recevez mes meilleurs voeux pour cette année 2019.

Merci de vous intéresser à la recherches des météorites du programme VIGIE-CIEL, ainsi que sur les battues au sol :

- Petit rappel toutefois, le programme VIGIE-CIEL privilégie à juste titre et en priorité les battues à pieds de visu pour recouvrer les fragments ciblés par les caméras et calculs de zone de chute. Ces battues à pieds font partie des sciences participatives citoyennes, tout un chacun peut y participer comme " cueilleur de météorites"  en s'inscrivant auprès de son responsable régional Vigie-Ciel. Pour vous, il s'agit de l'observatoire de MARSEILLE, ainsi que de l'association ANDROMEDE en la personne de Madame Marie-France DUVAL.

- Pour ce qui concerne ensuite la recherches de fragments météorites à l'aide du détecteur de métaux (DM), cela se complique.

En effet, l'utilisation du DM est en second recours,  suites à de vaines recherches à pieds et de visu. Les scientifiques reconnaissent l'apport du DM pour ces recherches, mais il faut rester humbles ; après plusieurs mois d'essais sur les divers classements fragments météorites, nous ne pouvons actuellement avec des DM standards, mais de haute gamme ( T2, G2, XP Deus etc...) lire qu'environ 85 % de tous ces classements météorites.

Soit les classements : météorites de fer, pallasites et mixtes, chondrites H, L et LL, je poursuis actuellement sur les chondrites carbonées CO3 qui contiennent du fer, de bons espoirs, mais pas encore de certitudes. Restons donc sur nos 85 % de météorites lisibles au DM, le reste n'étant pas lisible par les DM et sont donc perdus pour les recherches scientifiques, à moins d'une trouvaille d'un citoyen due au pur hasard.

- Revenons maintenant au sujet de l'usage du DM en recherches météorites :

L'usage du DM est encadré en France par le Code du Patrimoine en ses articles L 510, L 542-1, L 531-14. L'usage du DM en France est très restreint, est autorisé en recherches à l'aide du DM : recherches de câbles électriques ou canalisations enterrés, de bornes cadastrales foncières, de biens familiaux connus dans la famille et sur leur propriété, d'objets modernes perdus ( bijoux, matériel métallique privé ou agricole)

Les météorites, viennent se rajouter à cette liste, suite à de nombreuses procédures en justice et jurisprudences, qui reconnaissent qu'un fragment météorite ne rentre pas dans l'application du Code du Patrimoine, puisque minéral naturel  d'origine extraterrestre (pour certains à pourcentages métalliques), depuis plus de 4,566 milliards d'années et surtout pas du fait de la création de l'humanité. 

J'ai participé auprès du Muséum National Histoire Naturelle de PARIS ( MNHN) à la mise en place d'un protocole spécifique encadrant ces recherches au sol de fragments météorites à l'aide de l'outil technologique qu'est le DM. Je ne peux hélas vous le développer ici, car très complexe pour embrasser toutes les réglementations.

Je vous propose de me joindre par mail pour aller plus avant :                                      jean-michel.fouille@orange.fr

A votre disposition Daniel13 et à votre service, pour parvenir à recouvrer prochainement des fragments météorites, comme ceux découverts en septembre dernier,  sur la plus grosse chute météorite de France à Saint AUBIN (10) par les scientifiques de la Société Astronomique de FRANCE (SAF) à l'aide justement d'un détecteur de métaux.

JM

 

 

Voici le lien de l'article de presse sur la découverte de la plus grosse météorite découverte en FRANCE par une équipe de la SAF ( Société Astronomique de FRANCE) sur Saint AUBIN dans l'AUBE en octobre dernier, ce avec l'apport technologique qu'est le détecteur de métaux.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/aube/nogent-seine/aube-plus-grosse-meteorite-france-decouverte-saint-aubin-1561244.html

JM