Bolide du 1er octobre, 02h02

4 octobre 2019 Non Par karlantier

Les noctambules du Sud-Ouest de la France ont pu assister, dans la nuit du 30 octobre au 1er octobre 2019, à l’apparition d’un superbe bolide extrêmement rapide. Apparu à 02h 02min (heure locale française, soit 00h 02min TU), il a laissé une traînée persistant 40 secondes dans le ciel !

Figure 1- L’astronome amateur Emmanuel Pélegrin a eu une chance inouïe et a réussi à capturer le bolide du 1er octobre 2019, 00h 02min TU, alors qu’il observait le ciel profond depuis le col de Puymorens. La traînée persistante qu’il a enregistré à duré 40 secondes après l’observation du bolide, se déformant au gré des vents de haute altitude : voir la superbe animation ! Crédit : Emmanuel Pélegrin

Si peu de personnes ont observé cet objet (4 rapports seulement ont été envoyés via la plateforme de témoignage vigie-ciel.imo.net), vu son horaire tardif, le bolide* du 1er octobre 2019, 00h 02min TU est exceptionnel à plusieurs titres. Tout d’abord, le bolide, qui est passé pas très loin de la verticale de Toulouse (Figures 2 et 3) a été très bref, mais extrêmement lumineux, puisque l’analyse des images des 20 caméras FRIPON [1] ayant enregistré l’objet (Figure 2) donne une magnitude proche de -10 en fin de trajectoire (Figure 4) !

Figure 2- Le bolide du 1er octobre 2019, 00h 02min TU, filmé depuis la caméra FRIPON de Toulouse. Crédit : FRIPON/Vigie-Ciel
Figure 3- Trajectoire atmosphérique du bolide du 1er octobre 2019, 00h 02min TU, calculée à partir des enregistrements vidéos des caméras FRIPON. Crédit : FRIPON/Vigie-Ciel
Figure 4- Graphique représentant la luminosité du bolide en fonction de l’altitude : le bolide a atteint son pic de luminosité (magnitude proche de -10) juste avant de disparaître, alors qu’il était encore à 85 km d’altitude. Crédit : @SimonJeanne @FRIPON/Vigie-Ciel

L’objet a quant à lui été extrêmement bref, et il s’est éteint à très haute altitude, puisque le flash lumineux terminal a eu lieu alors que le météoroïde qui lui a donné naissance était encore… à plus de 80 km d’altitude (Figure 5) ! En cause, l’importante vitesse relative du météoroïde, qui a pénétré dans l’atmosphère terrestre à 69 km/s (Figure 6), soit près de 250 000 km/h ! Pour rappel, les vitesses-limite d’entrée des météoroïdes sont 12 km/s (pour les plus lents, qui semblent pénétrer dans l’atmosphère terrestre en « suivant » la Terre) et 72 km/s (pour les rencontres frontales entre la Terre et un météoroïde à grande vitesse). En effet, la Terre orbite autour du Soleil à une vitesse d’environ 30 km/s. Et un météoroïde appartenant au Système solaire ne peut avoir une vitesse supérieure à 42 km/s au voisinage de l’orbite terrestre : la vitesse relative des deux est donc au plus de 30 + 42 = 72 km/s dans le cas d’une collision « frontale ». Le météoroïde qui a donné naissance au bolide du 1er octobre n’était donc pas très loin de cette configuration.

Figure 5- Graphique représentant l’altitude du bolide en fonction de sa durée : l’objet est resté lumineux un tout petit peu plus d’une seconde, mais il était alors à très haute altitude, puisqu’il a commencé à être visible à 125 km d’altitude, et a disparu entre 80 et 85 km d’altitude. Crédit : @SimonJeanne @FRIPON/Vigie-Ciel
Figure 6- Graphique représentant la vitesse du météoroïde en fonction de l’altitude lors de sa rentrée atmosphérique : la vitesse initiale de l’objet était légèrement inférieure à 70 km/s. Crédit : @SimonJeanne @FRIPON/Vigie-Ciel

Lexique

*un bolide est un météore** (synonyme d’étoile filante) très lumineux. On désigne généralement par bolide tout météore plus lumineux que la planète Vénus (l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil et la Lune)

**un météore (ou étoile filante) est le trait lumineux observé lorsqu’une poussière interplanétaire ou un petit météoroïde*** pénètre dans l’atmosphère terrestre à très grande vitesse (entre 12 et 72 km/s)

***un météoroïde est une petite particule de quelques millimètres à quelques dizaines de centimètres de diamètre qui se déplace dans l’espace. C’est elle qui donne naissance au météore si elle a la chance de pénétrer dans l’atmosphère de la Terre. Si le météoroïde est suffisamment massif, une partie de l’objet peut résister à cette entrée dans l’atmosphère, et donner naissance à une météorite****.

****une météorite est le caillou rocheux ou métallique qui est retrouvé sur terre, lorsqu’une partie d’un météoroïde suffisamment massif a réussi à traverser l’atmosphère et arriver au sol.

[1] Stations ayant enregistré le bolide du 1er octobre 2019, 00h 02min TU :
Angoulême, 16, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Aurillac, 15, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Bizanet, 11, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Carcassonne, 11, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Cavarc, 47, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Châlon, 71, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Coulounieix, 24, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Dax, 40, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Guzet, 09, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Mantet, 66, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Marseille, 13, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Mauroux, 46, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),
Montpellier, 34, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Montsec, 55, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Rochechouart, 16, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Sabres, 40, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Saint-Julien-du-Pinet, 43, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Saint-Lupicin, 39, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Talence, 33, Fr. (01/10/2019 00:01:59 UTC),
Toulouse, 31, Fr. (01/10/2019 00:01:58 UTC),

Dernière mise à jour : 04/10/2019, 01 h 57 min