Bolide du 27 juillet, 01h12

28 juillet 2020 0 Par karlantier

Dans la nuit de dimanche 26 à lundi 27 juillet 2020, à 23h12 min TU (soit 01h12min, heure locale française) un bolide extrêmement lumineux a été observé depuis presque toute la France, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Suisse, l’Allemagne et la Belgique. L’événement, rapporté par près de 150 témoins visuels (Figure 3) a également été capturé par des caméras d’astronomes amateurs. Le bolide a aussi été enregistré par 12 caméras du réseau national FRIPON[1] (Figures 1 et 2) ce qui a permis de calculer sa trajectoire, son orbite et une zone probable de chute de météorites (figure 4 à 8).

Article mis à jour le 30 novembre 2020 par François Colas

Figure 1 : Principales observations du bolide du 26 juillet faites par les caméras FRIPON situées à Paris (Observatoire), Orsay (GEOPS), Orléans (LPC2E) et au Vaudoué. Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

Figure 2 : Vidéos du bolide de 26 juillet faites à Paris (Observatoire), Orsay (GEOPS), Orléans (LPC2E) et au Vaudoué. Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

Figure 3– Carte des personnes ayant témoigné de leur observation du bolide du 26 juillet 2020, 23h 12min TU, et trajectoire du bolide calculée à partir de ces rapports. Crédit: IMO/Vigie-Ciel

Le bolide a été extrêmement lumineux, puisque la magnitude minimale enregistrée par les caméras est de l’ordre de -9 magnitude (Figure 4) soit 100 fois plus brillant que Vénus! Le signal des caméras étant saturé au moment du pic de brillance, la magnitude réelle du phénomène est sans doute supérieure de plusieurs ordres de grandeur. Ce météore a été un phénomène exceptionnel à observer de part sa brillance combinée à une durée de 11s (figure 2) . Sa vitesse initiale était relativement faible (22.5 km/s), il a été observé à partir de 90 km d’altitude et a cessé de briller autour de 32 km d’altitude (Figure 4). Le bolide est passé au zénith de la région parisienne (Figure 6), plusieurs témoins ont rapporté une signature sonique liée à la rentrée supersonique de l’objet.

Figure 4 :

A gauche : flux lumineux en fonction de l’altitude, chaque ligne correspond à l’observation d’une caméra, les courbes ne se juxtaposent pas complètement à cause de la présence de nuages.

A droite : trajectoire lumineuse démarrée à 90 km et finissant à 32 km Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

Figure 5 :

A gauche : orbite du météoroïde avant son entrée atmosphérique. L’aphélie de cette orbite (le point le plus éloigné du Soleil), à un peu plus de trois unités astronomiques, se trouve dans la ceinture des astéroïdes dont l’objet est originaire. Paramètres orbitaux :

q = 0.6287 AU +/- 0.0002 (distance périhélie)
e = 0.6680 +/- 0.001 (excentricité)
i = 7.189 deg +/- 0.15 (Inclinaison)
ω = 304.093 deg +/- 0.001 (nœud ascendant)
Ω = 87.2288 deg +/- 0.03 (argument du périhélie)
a = 1.89422 AU +/-0.005 (demi grand axe)
M = 339.84 deg +/- 0.09 (anomalie moyenne)
Époque 22 juillet 2020 13h05m54s

Paramètre de Tisserand 3.6 => orbite asteroïdale

A droite : Vitesse du bolide la vitesse initiale de l’objet était de 22,5 km/s. La ligne rouge a été ajustée avec un modèle de rentrée atmosphérique de météoroïde (freinage et d’ablation). Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

Les enregistrements réalisés par les caméras FRIPON ont permis de calculer la trajectoire du météoroïde dans l’atmosphère (figure 6) : le météore a été visible sur plus de 200 km de long, et il est entré dans l’atmosphère avec une incidence relativement faible puisque l’angle d’entrée était de 15°, ce qui explique sa longue durée due à un freinage lent (Figure 4). Il a été également possible de calculer l’orbite de l’objet avant son entrée atmosphérique (Figure 5).

Figure 6 :

A gauche : projection de la trajectoire du bolide sur le sol. On voit que le bolide est passé au zénith de Paris avant de terminer dans la région de Beauvais.

A droite : représentation 3D de la trajectoire Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

La nouvelle réduction des données faite en novembre a permis de déterminer une zone de chute avec le calcul du vol sombre (dark flight) située entre la fin de la trajectoire visible et la chute de la météorite au sol. Ce calcul complexe fait intervenir un modèle d’atmosphère (pression et vent) aux altitudes atteintes par le météoroïde. Il reste cependant de nombreuses inconnues, principalement la forme et la densité de la météorite pour faire un calcul rigoureux. Le calcul utilise ainsi un jeu de données couvrant ces incertitudes ainsi que celle de la détermination de la trajectoire. Dans le cas présent nous obtenons une ellipse de 15 km de long centrée sur la région de Beauvais (figure 7). Plus d’informations peuvent être trouvées sur les méthodes utilisées dans la thèse de Simon Jeanne « Méthode d’analyse statistique appliquée au réseau d’observation européen des météores FRIPON« 

Figure 7 :
A gauche : schéma expliquant le vol sombre qui commence à la fin de la trajectoire visible
A droite : zoom (rectangle bleu) sur la zone de chute en forme d’ellipse qui tient compte des inconnues du phénomène. L’ellipse probable fait 15 km de long, elle est centrée sur l’agglomération de Beauvais
. Crédit: FRIPON/Vigie-Ciel

Le calcul de la trajectoire durant l’entrée atmosphérique permet d’obtenir différents paramètres (figure 8) comme la masse initiale (3.5 kg +/- 0.5), la masse finale (60g +/- 20) ainsi que sa taille finale en supposant une densité météoritique standard de 3.3 ( 2.5 cm +/- 0.3).

Figure 8 : Le calcul de la trajectoire durant son entrée dans l’atmosphère permet de calculer sa masse initiale (à gauche), sa masse finale (au centre) et enfin sa taille finale (à droite) si on considère une densité de 3.3. Crédit: S.Jeanne/FRIPON/Vigie-Ciel

Plusieurs mois après la chute, il y a peu de chances de retrouver des fragments de taille centimétrique mais rien n’empêche les habitants de la zone dessinée (Figure 7) autour de Beauvais de garder les yeux bien ouverts lors de leurs promenades et de chercher sur leurs terrains des petites roches extraterrestres !

Si vous trouvez une roche possédant les caractéristiques d’une météorite (roche dense, faces planes, angles émoussés, présence d’une croûte de fusion noire, absence de trous…), n’hésitez pas à contacter Claude Grimaud de l’association Repère , relais FRIPON/Vigie-Ciel qui coordonne cette recherche.

Lexique

²*un bolide est un météore** (synonyme d’étoile filante) très lumineux. On désigne généralement par bolide tout météore plus lumineux que la planète Vénus (l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil et la Lune)

**un météore (ou étoile filante) est le trait lumineux observé lorsqu’une poussière interplanétaire ou un petit météoroïde*** pénètre dans l’atmosphère terrestre à très grande vitesse (entre 12 et 72 km/s)

***un météoroïde est une petite particule de quelques millimètres à quelques dizaines de centimètres de diamètre qui se déplace dans l’espace. C’est elle qui donne naissance au météore si elle a la chance de pénétrer dans l’atmosphère de la Terre. Si le météoroïde est suffisamment massif, une partie de l’objet peut résister à cette entrée dans l’atmosphère, et donner naissance à une météorite****.

****une météorite est le caillou rocheux ou métallique qui est retrouvé sur terre, lorsqu’une partie d’un météoroïde suffisamment massif a réussi à traverser l’atmosphère et arriver au sol.

[1] Stations ayant enregistré le bolide du 26 juillet 2020, 21h 55min TU :
Orsay, 91, Fr. (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Orléans, 45, Fr. (26/07/2020 23:12:23 UTC),
Glux-en-Glenne, 58, Fr (26/07/2020 23:12:23 UTC),
Pontarlier, 25, Fr (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Epinal, 88, Fr. (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Nantes, 44, Fr. (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Vicques, Suisse (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Liège, Belgique (26/07/2020 23:12:26 UTC),
Observatoire de Paris, 75, Fr. (26/07/2020 23:12:26 UTC),
Rennes, 35, Fr. (26/07/2020 23:12:25 UTC),
Le Mans, 72, Fr (26/07/2020 23:12:23 UTC),
Le Vaudoué, 77, Fr (26/07/2020 23:12:23 UTC),

Dernière mise à jour : 30/11/2020, 19 h 04 min