Bolide belge du 22 janvier 2021

23 janvier 2021 Non Par François Colas

Le matin du 22 janvier 2021 les caméras FRIPON de Bruxelles (Institut Royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique – BIRA-IASB ) et les caméras Néerdanlaises d’Ooskapelle (Astronomy Project Oostkapelle) et de Noordwijk (ESA-ESTEC) ont détecté un bolide dans l’aube naissante à 6h52m UTC (Figures 1 et 2).

https://player.vimeo.com/video/503825703
Figure 2 : Video des 3 caméras ayant détectées le bolide, par ordre : Bruxelles (BIRA-IASB), Noordwijk (ESTEC) et Oostkapelle. Crédits : FRIPON

 

Le bolide avait une vitesse initiale considérée comme faible de 16.3 km/s et une vitesse finale de 6 km/s.
Coordonnées du radiant : Alpha = 232.98° Delta = 77.32°
Inclinaison de la trajectoire : 64°

Figure 7 : Paramètres orbitaux du bolide

Figure 8 : Trajectoire calculée à partir des observations visuelles (AMSIMOVigie-Ciel ) à gauche et à partir des données des 3 caméras FRIPON (Noordwijk, Oostkapelle et Bruxelles) à droite. Crédits : IMOAMSFRIPONVigie Ciel

On remarque que l’analyse des témoignages visuels permet d’avoir une bonne idée de la trajectoire, cette dernière se rapproche de la trajectoire calculée par les caméras FRIPON. Si vous avez été témoin du bolide, n’hésitez pas à compléter le formulaire de témoignage du site Vigie-Ciel.

Chute possible de météorite

  • La vitesse finale de 6 km/s (~22 000 km/h) ainsi que l’altitude finale de 27 km (Figure 5) laissent à penser qu’une météorite soit tombée à l’ouest de Bruxelles.

Premières recherches sur le terrain

Les premières recherches sur le terrain ont été effectuées dimanche 24 janvier moins de 48h après la chute. Le réseau FRIPON a été pensé pour avoir cette réactivé indispensable pour récupérer des météorites fraîches. Elles ont une grande importance scientifique comparée à celles retrouvées parfois plusieurs milliers voir millions d’années après leur chute, comme c’est la cas pour la plupart des météorites provenant des déserts.

Articles

Liens

  • IMO International Meteor Organization
  • AMS American Meteor Society
  • BRAMS Belgian RAdio Meteor Stations

Lexique

  • une pluie d’étoiles filantes est l’ensemble des météores associés à un nuage de météoroïdes issus d’une même source (comète ou astéroïde)
  • une comète est un objet constitué de roches et de glaces généralement localisé aux confins du Système solaire, mais qui peut se rapprocher périodiquement du Soleil. En s’en rapprochant, les glaces de la surface du noyau se subliment, entraînant avec elles les poussières qu’elles contiennent. Ce qui donne naissance aux queues de gaz et de poussières caractéristiques de ces objets.
  • un météore (ou étoile filante) est le trait lumineux observé lorsqu’une poussière interplanétaire ou un petit météoroïde pénètre dans l’atmosphère terrestre à très grande vitesse (entre 12 et 72 km/s)
  • un météoroïde est une petite particule de quelques millimètres à quelques dizaines de centimètres de diamètre qui se déplace dans l’espace. C’est elle qui donne naissance au météore si elle a la chance de pénétrer dans l’atmosphère de la Terre. Si le météoroïde est suffisamment massif, une partie de l’objet peut résister à cette entrée dans l’atmosphère, et donner naissance à une météorite.
  • une météorite est le caillou rocheux ou métallique qui est retrouvé sur terre, lorsqu’une partie d’un météoroïde suffisamment massif a réussi à traverser l’atmosphère et arriver au sol.
  • le radiant d’une pluie d’étoiles filantes est le point de la voûte céleste d’où semble provenir, par effet de perspective, les météores issus d’une même pluie.
  • le ZHR (Zenithal Hourly Rate, ou Taux Horaire Zénithal) est le nombre de météores que pourrait observer un individu dans des conditions d’observations parfaites : ciel bien noir et radiant localisé au zénith.