Bolide des Pierres Dorées

26 octobre 2021 Non Par François Colas

En début de soirée du 18 octobre, à 20h 43min (heure locale française, soit 18h 43min UTC), un bolide* très brillant a été observé observé depuis la Savoie (passage au zénith de Chambéry) en direction de Villefranche-sur-Saône (Rhône) (Figure 4).  35 témoins (France, Allemagne, Suisse et Italie) ont rapporté des observations visuelles sur le site Vigie-Ciel.  L’événement a également été  détecté par 4 caméras FRIPON (Figure 1) (Sutrieu-Observatoire de la Lèbe, Grenoble-IPAG, Saint Pancrasse (Isère) et Saint Lupicin (Jura)). Ce bolide a pu donner lieu à une chute de météorites dans la région des Pierres Dorées dans le Beaujolais (Figure 4).

Figure 1 : Observations du bolide du 18 octobre par les caméras FRIPON de l’observatoire de la Lèbe, de ST Lupicin, de St Pancrasse et de Grenoble. Crédits FRIPON/Vigie-Ciel

 

Figure 2 : Vidéo du bolide obtenue par la caméra de l’Observatoire de la Lèbe (Sutrieu). Crédits : Fripon/Vigie-Ciel

A partir des données des caméras FRIPON, la chaîne de traitement du projet a permis de calculer l’altitude de la trajectoire (3a), la vitesse du bolide (3b), le flux lumineux (3c) et enfin la trajectoire de l’objet avant qu’il ne pénètre dans l’atmosphère terrestre (3d). La trajectoire lumineuse peut être visualisée en 3D (Figure 4)

Figure 3 : Résultats de la chaîne de traitement du programme FRIPON. Crédits FRIPON/Vigie-Ciel

  ;;

Figure 4 : Trajectoire du bolide du 18 octobre 2021. Crédits FRIPON/Vigie-Ciel

Figure 5 : Trajectoire du bolide, en bleu calculée avec les témoignages recueillis sur le site Vigie-Ciel, en jaune calculée avec les données des caméras FRIPON. Les caméras FRIPON impliquées (en jaune) sont du nord au sud : St Lupicin, Sutrieu, St Pancrasse et Grenoble. Crédits IMO-AMS-Vigie/Ciel

 

Chute possible de météorites dans la région des Pierres Dorées (Beaujolais)

Il est possible d’évaluer la masse initiale d’un objet avant qu’il ne pénètre dans l’atmosphère en mesurant sa faible décélération à haute altitude, ici entre 80 et 60 km (Figure 3b). Ensuite, la pression aérodynamique échauffe  l’air qui l’environne et la température atteinte est suffisante  pour faire fondre et arracher la surface de l’objet : on parle d’ablation. L’équipe FRIPON a développé un  programme permettant d’ajuster un modèle d’ablation et de freinage (ligne rouge de la Figure 3b). Ainsi, on peut mesurer la diminution de la masse de l’objet incident résultant de l’ablation, et donc estimer la masse finale qui aura résisté à la rentrée atmosphérique. Dans le cas du bolide du 18 octobre, les calculs donnent une masse initiale comprise entre 160 g et 800 g et une masse finale entre 50 g et 200 g. L’erreur de mesure provient principalement de ce que la forme et la densité de l’objet ne sont pas connues.

 

Figure 5 : calcul du « vol sombre », latitude en abscisse et altitude en ordonnée  . Crédit : S. Jeanne

Lorsque le bolide n’est plus visible, il est nécessaire de calculer la suite de son vol. La position du dernier point visible est connue, ainsi que la vitesse et la masse de l’objet.  L’estimation ou l’erreur sur tous ces paramètres sont également connues. La méthode utilisée par la suite consiste à calculer plusieurs trajectoires en balayant toutes les valeurs possibles pour chacun de ces paramètres, on appelle cela une méthode de « Monte-Carlo« . Le calcul est très sensible à la masse finale de l’objet, paramètre qui est, malheureusement, le moins bien contraint. Dans le cas du bolide du 18 octobre 2021, nous avons utilisé des masse de quelques grammes à 1 kg. La figure 5 montre à quel point la taille des particules est primordiale, les plus petites étant plus freinées et plus affectées par le vent. 

 

Figure 6 : zone de chute de la météorite des Pierres Dorées . Crédits FRIPON/Vigie-Ciel

L’équipe FRIPON a calculé le « vol sombre » de l’objet c’est à dire sa trajectoire depuis le dernier point visible jusqu’au sol. Pour cela, il faut prendre en compte les conditions atmosphériques (vent et pression). La faible inclinaison de la trajectoire implique une zone de chute très allongée (Figure 6) qui mesure près de 25 km de long ! Les fragments les plus lourds (moins freinés) se trouveraient a l’ouest, tandis que les plus légers se trouveraient à l’est. Les zones concernées sont souvent des vignes ce qui devrait faciliter les recherches. Dans une zone de chute d’une telle taille, il est inenvisageable d’organiser des battues sur le terrain comme cela a été fait, par exemple, à Maisontiers. Mais les habitants informés et ayant appris à identifier une météorite pourraient bien débusquer un ou plusieurs fragments, comme cela s’est produit en 2020 en Italie pour la météorite de Cavezzo et, plus récemment, en Autriche avec la météorite de Kindberg. Nous proposons donc aux habitants de la région de faire attention, lorsqu’ils se déplacent, aux cailloux susceptibles de ressembler à des météorites. La figure 6 décrit les principales caractéristiques d’une météorite et une vidéo explicative sera mise en ligne très prochainement. Attention, cependant, à bien respecter la loi lors de toute recherche sur le terrain ! Cela concerne notamment les propriétés privées et la réglementation concernant l’utilisation de détecteurs de métaux. Les relais régionaux FRIPON/Vigie-Ciel en charge de la coordination des recherches sur le terrain est le CALA (Club d’Astronomie Lyon Ampère).

 

Pour des informations plus générales sur cette chute et sur les météorites, consultez la FAQ :   Bolide du 18 octobre 2021 – Foire aux Questions  

Fig 7 : Comment reconnaître une météorite

 

Recherche sur le terrain

Après une reconnaissance du terrain et une prise de contact avec divers acteurs locaux (gendarmeries, mairies, vignerons…), une recherche sur le terrain a été organisée les 6 et 7 novembre par le CALA (Club Astronomie Lyon Ampète). Cette recherche préparatoire a pour but de continuer à informer le public grâce à la distribution de tracts et d’entraîner les membres du CALA à la recherche de météorites afin d’organiser d’autres campagnes de terrain.

Figure 8 : premières recherches dans les vignes des Pierres Dorées. Crédits : CALA / Vigie-Ciel

Figure 9 : Paysages des Pierres Dorées. Crédits CALA / Vigie-Ciel

 

Lexique

* un bolide est un météore** (synonyme d’étoile filante) très lumineux. On désigne généralement par bolide tout météore plus lumineux que la planète Vénus (l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil et la Lune)

**un météore (ou étoile filante) est le trait lumineux observé lorsqu’une poussière interplanétaire ou un petit météoroïde*** pénètre dans l’atmosphère terrestre à très grande vitesse (entre 12 et 72 km/s)

***un météoroïde est une petite particule de quelques millimètres à quelques dizaines de centimètres de diamètre qui se déplace dans l’espace. C’est elle qui donne naissance au météore si elle a la chance de pénétrer dans l’atmosphère de la Terre. Si le météoroïde est suffisamment massif, une partie de l’objet peut résister à cette entrée dans l’atmosphère, et donner naissance à une météorite****

****une météorite est le caillou rocheux ou métallique qui est retrouvé sur terre, lorsqu’une partie d’un météoroïde suffisamment massif a réussi à traverser l’atmosphère et arriver au sol

[1] Stations ayant enregistré le bolide du 18 octobre, 18h 43min TU :

  • FRFC04-Saint Lupicin
  • FRRA05-Sutrieu
  • FRRA01-Grenoble
  • FRRA12-Saint Pancrasse

Dernière mise à jour : 27/10/2021, 3h00 min